You are currently browsing the category archive for the ‘Uncategorized’ category.

Ce Mardi 10 avril, à 20h, au Café de l’Opéra, Vins/20 vous a accueilli pour sa soirée de clôture, autour des Grands Crus Classés de Bordeaux. Vous ne le savez certainement pas, mais une soirée comme celle-ci s’organise près de six mois à l’avance. C’est un travail de longue haleine, qui a demandé à toute l’équipe un gros investissement, tant pour démarcher les châteaux, que pour trouver la salle et organiser la soirée pour qu’elle se passe de la meilleure façon possible, comme ce fut le cas hier.

Nous avons eu le plaisir de vous proposer une ouverture en compagnie de Pol Roger, vous l’aurez compris, il s’agissait de champagne. Une pensée pour les retardataires qui n’ont pu en avoir, c’est la cruelle loi de la ponctualité…

Nous vous avons ensuite convié à une magnifique dégustation de Grand Cru Classé, 6 intervenants, 8 propriétés, 18 vins pour la première partie de soirée.

Guy Meslin nous a présenté le Château Laroze Saint-Emilion Grand Cru Classé 2005 et 2007 et Lafleur Laroze Saint-Emilion Grand Cru 2008.

Didier Galhaud proposait le Château Guiraud 1er Grand Cru Classé de Sauternes 2002, le Petit Guiraud 2009, second vin de la propriété et le G de Guiraud 2011, vin blanc sec.

Charlotte Denjean vous a offert la possibilité de déguster le Château Lagrange 3ème Grand Cru Classé de Saint-Julien 2006 et les Fiefs de Lagrange 2003, second vin de la propriété.

Caroline Ruffié nous a fait découvrir le Château Haut-Bages-Libéral 5ème Grand Cru Classé de Pauillac 2004 et 2009 et le Château Ferrieres 3ème Grand Cru Classé de Margaux 2004 et 2009

Lucien Guillemet, propriétaire à Margaux, nous offrait une magnifique palette de ses compositions, le Château Boyd Cantenac 3ème Grand Cru Classé de Margaux 2006 et 1999, Jacques Boyd 2006, second vin de la propriété et le Château Pouget 4ème Grand Cru Classé de Margaux 2008.

Laurence Dufau nous présentait le Château Cantemerle 5ème Grand Cru Classé du Haut-Médoc 2006 et les Allées de Cantemerle 2006, second vin de la propriété.

Nous tenions à remercier chaleureusement ces personnes qui nous ont permis de faire  vivre cette soirée, tant pour la qualité de leur intervention, que pour leur intérêt à notre démarche. Nous vous invitons à les retrouver directement dans leurs propriétés respectives et à ne pas hésiter à venir vers nous pour toutes autres informations.

En seconde partie de soirée, nous avions sélectionné pour vous 5 vins, un Grave, un blanc sec, un Clairet, un Loupiac et un Cadillac. Notre DJ animait dans la salle du bas le dancefloor.

Ces précisions faites, nous remercions encore nos intervenants et les membres du bureau qui se sont donnés à 200% pour que cette soirée se déroule de la meilleure des manières. Une très bonne coordination et organisation nous a permis d’aborder sereinement la soirée. Nous remercions aussi grandement le Café de L’Opéra, pour son cadre prestigieux, mais aussi et surtout pour l’équipe d’un dynamisme et d’une gentillesse sans limite, qui a assuré le service tout au long de la soirée.

Ainsi s’achève cette année œnologique, une année très riche, très formatrice pour nous tous, et pour moi en particulier. Je suis très heureux d’avoir été chargé de la partie logistique de l’association, mais aussi des relations avec les châteaux et de la tenue de ce blog qui fait vivre ce que nous faisons. Je pose aujourd’hui ma plume après une année bien remplie et la confie aux suivants, qui porteront Vins/20 et continueront de la développer l’année prochaine. Beaucoup d’entre nous quittent Sciences Po, Gwendoline Rioux, Laura Sarrazin, Alexandra Lepargneur et votre dévoué. Cette association va vraiment nous manquer, me manquer. Rétrospectivement, j’abuse de cette tribune pour remercier à titre personnel l’ensemble des propriétés, propriétaires et intervenants qui se sont joint à nous cette année puisque je le rappelle, sans eux nous ne sommes rien.

Bien œnologiquement votre,

Maxime Gasté.

Publicités

 

 

La finale du concours de dégustation Inter-Grande Ecole vient d’avoir lieu dans les salons de la prestigieuse maison d’ Epernay.
Vos représentants de Vins/20, bien qu’ils n’aient pas gagné, se sont très honorablement classés seconds du concours ! Dauphine nous a ravi le titre mais ce n’est que partie remise.

Un grand bravo à notre équipe !

Ce mercredi 14 Mars, nous avons eu l’extrême honneur de recevoir Amélie Chatin, jeune oenologue de la célèbre Maison Ruinart. Rencontrée lors d’une dégustation à Bordeaux en début d’année, Amélie Chatin a fait le déplacement pour vous uniquement.

Ruinart est un nom qui parle, si on ne se souvient pas forcément du goût, l’on se souvient généralement de la forme si originale de ses bouteilles provenant d’une ancienne bouteille de Ratafia de la Maison Ruinart.

Puisqu’il s’agissait de la première dégustation de Champagne, nous avions demandé à Madame Chatin de rappeler quelques principes de la vinification champenoise, la » méthode champenoise » et des spécificités de la maison Ruinart.

Il existe trois principaux cépages que sont le Chardonnay, le Pinot Noir et le Pinot Meunier. La plupart des champagnes ne sont pas millésimés, le champagne étant un assemblage d’années différentes. Seules les meilleures années sont ainsi millésimées.

Amélie Chatin a su captiver l’auditoire. Après ces précisions et un historique de la Maison Ruinart, nous sommes passés à la dégustation.

Nous avons débuté cette dégustation avec le Ruinart Blancs de Blancs, élaboré uniquement à partir du Chardonnay.

Nous sommes ensuite passés au R de Ruinart (55% de Pinot Noir, 40% de Chardonnay et 5% de Meunier).

Nous avons poursuivi avec le Millésimé, le Ruinart « R » Millésimé 2004 en magnum, un vin intéressant pour lui-même autant que pour le flacon qui permet de conserver le vin plus longtemps !

Enfin, nous avons conclu cette dégustation avec Le Ruinart Rosé, une douceur tant au nez qu’en bouche.

Un grand Merci à Amélie Chatin, pour sa gentillesse et la qualité de son intervention, ainsi qu’à la Maison Ruinart. Merci aussi à vous qui avez suivi la dégustation !!

Afin de préparer la soirée des Grands Crus, qui se déroulera le 10 Avril prochain au Café de l’Opéra, votre chargé des relations avec les Châteaux a pris contact avec les 6 premiers Grands Crus Classé en 1855, plus le Château Cheval Blanc et le célèbre Pétrus.  Deux d’entre eux, nous ont proposé une visite pour 10 personnes uniquement. Ils ont insisté sur le caractère exceptionnel de ces visites dégustations et nous ont demandé de réunir uniquement les membres les plus impliqués. Sur la vingtaine de membres que compte le bureau, 10 d’entre eux ont eu la chance, ce jeudi 8 mars de visiter le Château Yquem et de déguster en compagnie d’Anne Perez, le millésime 2008. Dix autres ont eu la chance le lendemain 9 mars, de visiter le Château Margaux ce vendredi et de déguster Pavillon rouge 2008 et Château Margaux 2008 également.

Nous remercions chaleureusement Anne Perez pour son accueil à Yquem, Aurélien Valence qui nous a permis de visiter le Château Margaux, ainsi que notre guide à Margaux.

Ces deux visites furent très pointues, tant de la part de nos guides, que des questions qui furent posées. Nous vous invitons  à venir vers nous pour toutes questions autour de ces deux magnifiques propriétés !

Votre association d’oenologie a eu le plaisir de vous convier à sa dégustation des vins de pays des Côtes Catalanes, ce 8 mars à partir de 18H30 en salle Merle.
Quand culture, Histoire, nature et société se rencontrent.
Cette dégustation des vins de pays des Côtes Catalanes fut l’occasion de revenir sur l’histoire d’un des plus anciens vignobles de la Méditerranée, et donc du monde.
Nous avons pu également découvrir l’histoire de l’invention des vins doux naturels nés au 13ème siècle à Montpellier ainsi qu’observer l’évolution du muscat à travers différents millésimes, 2001 et 2011.
Une dégustation faite de nouvelles saveurs. Le Muscat 2001 renfermait une richesse aromatique plus qu’impressionnante, avec des notes d’Armagnac prononcées ! Les autres vins présentaient aussi des typicités et arômes que nous n’avons pas l’habitude de déguster, pour notre plus grand plaisir !
Au programme de cette dégustation:
Vin de Pays des Côtes Catalanes rouge – Carignan Empreinte du Temps

– Muscat de Rivesaltes 2001 Domaine Ferrer Ribière

– Muscat de Rivesaltes 2011 Domaine Ferrer Ribière

– Rancio sec du Roussillon Cuvée sans Interdit

– Vin de Pays des Côtes Catalanes blanc – Cuvée F

– Vin de pays des Côtes Catalanes grenache blanc – Empreinte du Temps


Le concours Pol Roger est désormais une institution parmi les clubs d’oenologie des Grandes Ecoles.
Le principe est simple: 12 vins (6 rouges/ 6 blancs) sont dégustés à l’aveugle, et il faut trouver les cépages qui composent le vin, son origine (Pays/région/AOC) et son millésime.

Pour cela, une partie du bureau de l’association se réunit autour de Julien Alemant et suit des cours de dégustation. Toute cette année, nous avons donc dégusté de nombreux vins, à l’aveugle, pour ce préparer au célèbre concours inter grandes écoles qu’est le concours Pol Roger.
Trois d’entre nous nous ont représentés, Bernardo Diaz votre Président, Raymond Rouxel votre trésorier et Venise Seychelles.

Au terme de cette dégustation, l’équipe de Sciences Po Bordeaux a remporté le classement par équipe en prenant les trois premières places du classement individuel, remporté par Raymond.

Mais ce n’est pas fini ! Il ne s’agissait que de la finale régionale, la finale nationale se tiendra en avril à Epernay !!

Bonne chance à eux !!

Ce mercredi 22 février, nous nous sommes envolés pour le Liban ! 

L’équipe de VINS/20 vous a donné rendez-vous à 18H30 en amphi Siegfried pour découvrir les richesses œnologiques libanaises.

 

Parmi les vins qui vous furent proposés :

– Domaine d’Ixsir Grande Reserve Rouge 2008

– Domaine d’Ixsir Grande Réserve Blanc 2009

– Château Musar 2004

– Château Ksara 2009

– Château Kefraya

Le mardi 13 et Mercredi 14 février, la salle Merle fut encore le théâtre d’une magnifique dégustation. Julien Rochelle,  jeune viticulteur de la Maison Willy Gisselbrecht & fils à Dambach-la-Ville, nous a fait découvrir 5 de ses vins :

 
-Un crémant blanc préstige
-Un muscat d’Alsace 2010
-Un riesling shifferberg 2009
-Un gewurztraminer grand cru frankstein 2008
-Un pinot noir 2008

Nous espérons que cette dégustation vous aura charmé !

Ce mercredi 8 février, nous avons eu le plaisir d’accueillir Lucien Guillemet, directeur et propriétaire des Châteaux Pouget et Boyd-Cantenac. Avec le concours et soutien du Conseil des Grands Crus Classés en 1855, notamment de son directeur Sylvain Boisvert, nous vous avons proposé une dégustation prestigieuse ouverte à 100 membres.

 

Mr Guillemet a d’abord rappelé les origines du classement, son histoire et ce qu’il est aujourd’hui, avant de passer à la dégustation de 7 vins du millésime 2006 :

-Le Château Belgrave, Cinquième Cru Classé du Haut-Médoc.

-Le Château du Tertre, Cinquième Cru Classé de Margaux.

-Le Château Langoa-Barton, Troisième Cru Classé de Saint Julien.

-Le Château Croizet-Bages, Cinquième Cru Classé de Pauillac.

-Le Château Grand Puy Lacoste, Cinquième Cru Classé de Pauillac.

-Le Château Cos Labory, Cinquième Cru Classé de Saint Estèphe.

-Le Château Myrat, Second Cru Classé de Barsac.

Nous espérons que cette dégustation vous aura séduite. N’hésitez pas à prendre contact avec nous pour toutes demandes d’informations.

Pour débuter ce second semestre en douceur, l’équipe de VINS/20  vous a convié à sa soirée de rentrée, mercredi 1er février, à l’Oenolomit, à partir de 20H30.

Au menu, une présentation du programme du second semestre, le tout accompagné par des vins au prix préférentiel de 3€, parmi lesquels:
– Un vin rouge d’Afrique du Sud, Two Oceans, 2010
– Un vin blanc d’Espagne, Albariño Viña Cartin, 2010
L’ensemble de la carte des vins reste néanmoins accessible.
Cette soirée de rentrée 2012 vous a permis de venir rencontrer les membres de l’équipe de VINS/20 dans un cadre informel, vous permettant de nous faire part de vos propositions et/ou envies pour la suite du programme.
L’évènement était ouvert à tous, membres et non membres compris.
L’Oenolimit
2 rue des Ayres, 33800 Bordeaux
Chères et chers membres,
L’Association d’Oenologie de Sciences Po Bordeaux s’associe à la Collecte alimentaire pour les Restos du Coeur organisée par l’UNEF.
Cette collecte aura lieu mercredi 1er et jeudi (matin) 2 février  dans le hall de l’IEP.
Les généreux donnateurs pourront participer au tirage au sort permettant de gagner 8 entrées aux dégustations organisées au second semestre par l’Association d’Oenologie VINS/20, parmi lesquelles:
– Dégustation Grands Crus du Bordelais
– Dégustation de Vins Libanais
– Dégustation de Vins d’Alsace
– Dégustation de Champagne Ruinart.
Alors n’hésitez pas, donnez un paquet de riz, des boites de conserves etc. Vos dons seront peut-être récompensés!
Bien à vous,
L’équipe de VINS/20.

Etait présent :

-Le Château Suduiraut, Premier Grand Cru Classé de Sauternes qui nous a présenté le Château Suduiraut 1999 et le Lion de Suduiraut 2009, second vin tout jeune encore mais déjà prometteur ! Inutile d’aller le chercher à la propriété, victime de son succès il n’y en a plus que des demi-bouteilles !

-Le Château Lamothe-Despujols qui nous a servi le Château Lamothe 2005 et Les Tourelles de Lamothe 2005, leur second vin.

-Le Château Dauzac, Cinquième Grand Cru Classé de Margaux avec le Château Dauzac 2007 et La Bastide Dauzac 2007.

-Le Château Peironnin, avec un blanc sec, le Château Peironnin 2009 Cuvée Alban.

Nous tenons à remercier les représentants de ces belles propriétés, pour leur prestation et pour cette dégustation qui nous l’espérons vous aura ravi. Un grand Merci à Barbara Migeat du Château Dauzac, à Alban Hils pour le Château Peironnin, Xavier Despujols pour le Château Lamothe ainsi que Géraldine Giroux et Pierre Montégut pour le Château Suduiraut.

Retrouvez toutes ces propriétés sur leurs sites internet. Nous les retrouverons ensemble dès l’année prochaine ! Pour tout renseignement n’hésitez pas à nous contacter (tarifs, visites, etc.).

Sciences Pipo, tumblr/blog/plateforme contributive, est fait pour réunir tout un tas de clichés et autres vérités sur la vie de notre petit IEP « de province ». Une vérité fraichement postée sur ce nouveau site iepien, ne peut que flatter l’équipe de Vins/20 qui sans cesse, cherche à vous combler. Nous vous laissons en juger !

 

Mardi 6 et Mercredi 7 décembre, nous avons reçu trois propriétaires de liquoreux. Cadillac, Loupiac, Ste Croix du Mont et Sauternes furent présentés pour vous proposer une comparaison entre ces différents terroirs. 7 vins ont été dégusté :

-Prieuré d’Arche 2005

-Arche Laforie 2009

-Château d’Arche Grand Cru Classé 2002

-Château Bel Air 2005

-Château Bel Air, Cuvée Prestige 2008

-Clos du Château de Cadillac 2007

-Château Fortin 2009

Une magnifique dégustation, avec une découverte très large de la gamme liquoreuse de Bordeaux. Nous retrouverons ces producteurs dès l’année prochaine pour de nouvelles découvertes et surprises !

Samedi 26 Novembre, après un galop éprouvant, Vins/20 vous a convié à une visite dégustation à Loupiac et Barsac. Deux propriétés ont été visitées, la première, le Château Ricaud, Loupiac et la seconde, le Château Doisy-Daëne à Barsac.

Un vin a été dégusté à Loupiac, le Château de Ricaud 2009. Une visite très technique des chais a été faite par le responsable du Château, avant une visite plus historique du château lui-même.

A Barsac, nous avons pu déguster un blanc sec, le Château Doisy-Daëne blanc sec 2009, puis le Château de Cantegrill 2008 et enfin le fameux Château Doisy-Daëne 2008. Une belle dégustation et visite de cette propriété renommée appartenant à Denis Dubourdieu, le célébre oenologue bordelais.

Pour réaliser les meilleurs assemblages des associations de l’IEP, le Taurillon et Vins/20 s’associent. Retrouvez nos actualités respectives chez l’un et l’autre !

Le Château St Christophe, Saint-Emilion Grand Cru, est revenu nous voir pour une dégustation de chocolat, avec la maison bordelaise Cadiot-Badie. Plus de neuf chocolats à déguster autour du millésime 2010, fraichement embouteillé.

Après plusieurs dégustations où nous découvrions différents vins d’une même propriété, votre association d’oenologie vous a proposé, cette fois-ci, un exercice d’un tout autre genre: déguster un même vin, mais sur des millésimes différents.
L’équipe de Vins/20 a eu le plaisir de vous convier à une dégustation verticale des vins du Château Saint-Christophe, le mercredi 23 novembre.
2 vins ont été présentés à travers 3 millésimes (2003, 2006 et 2008):
Château Saint-Christophe Saint-Emilion
Château Saint-Christophe Saint-Emilion Grand Cru
Le second vin présente la particularité d’avoir été élevé en fût de chêne.
Cet atelier nous a permis de nous intéresser aux évolutions que le vin peut connaître sur plusieurs années, ainsi qu’au rôle joué par l’élevage en fût de chêne sur la structure et l’arôme du vin.

Le vendredi 18 novembre après midi, un car a emmené 40 de nos membres à Saint-Emilion. Au programme : la visite du Château Canon La Gaffelière, Grand Cru classé Saint-Emilion et du Château Coutet, Saint-Emilion Grand Cru.

Ce jeudi 17 novembre, une petite délégation s’est rendue à la soirée Dégustation Panorama Champagne, organisée par Millésima. Un cadre magnifique, un immense hangar rempli de merveilleux nectars soigneusement rangés dans leur caisse en bois. Nous vous avions obtenu un tarif préférentiel qui vous donnait accès à une dégustation des plus prestigieux champagnes existants. 12 maisons étaient présentes, 37 champagnes proposés à la dégustation. Il serait bien trop long de vous faire partager nos impressions sur les champagnes dégustés, pour ma part 32. Nous vous présentons donc uniquement la liste et une présentation des maisons

Henriot existe depuis près de deux siècles. Depuis sept générations, la famille Henriot conserve les secrets patiemment enrichis de la tradition et du savoir-faire. En élevant les vins, cépage par cépage, cru par cru et même parcelle par parcelle, le champagne Henriot dispose d’une palette exceptionnellement vaste de vins pour faire renaître chaque année son style inimitable. 4 vins étaient proposés, le Souverain non millésimé, le Millésimé millésime 2002, la Cuvée des Enchanteurs millésime 1996 et millésime 1995.

Laurent-Perrier, maison fondée en 1812, est reconnue aujourd’hui dans le monde entier comme l’une des plus grandes maisons de Champagne ? Ce succès est avant tout le résultat d’une volonté : des vins de plaisir, appréciés, demandés et redemandés par les amoureux du Champagne, une gamme dont la diversité convient à de multiples occasions. Fut présenté le millésimé millésime 2002.

 

Delamotte, depuis 1760, fait référence en Champagne. Ses vins sont parmi les préférés des Champenois qui lui reconnaissent la constance dans la qualité et le parfait respect du terroir de la Côtes des Blancs. Le Mesnil-sur-Oger, Avize, Oger, sont les villages ou s’épanouit au mieux le Chardonnay. Né en 1911, Salon Delamotte est la création d’un homme amoureux du champagne et entièrement séduit par le terroir du Mesnil. Suivant une exigence inébranlable, Aimé Salon, sut inventer le champagne de ses désirs : un Blanc de Blancs sans précédent. Salon Le Mesnil, mono-cru, est l’exacte incarnation d’un fragment de nature sans pareil. Nous avons put apprécier le Blanc de Blancs non millésimé, mais n’avons pas eu la chance de gouter au Salon millésime 1999 qui était aussi présent.

Billecart-Salmon, maison fondée en 1818, est le fruit d’une tradition et d’une volonté familiale. Produit vrai et authentique, vinifié dans des conditions parfaites et vieilli dans des caves en plaines craie, avec ces vins, vous posséderez dans votre cave un champagne de renom, différent, unique… Quatre vins étaient proposés, le Brut Réserve non millésimé, un Blanc de Blancs non millésimé, Le Brut Rosé non millésimé et sur tirage au sort, la Cuvée Nicolas François Billecart millésime 2000.

Philipponnat, maison située au cœur des Premiers et Grands Crus, cultive 20 hectares des plus beaux vignobles de Pinots Noirs en Champagne. Tous sont magnifiquement exposés au Sud et assis sur la craie pure, dont le très ancien et célèbre vignoble Clos des Goisses. Trois vins étaient présentés, la Royale Réserve Non Dosé, la Cuvée 1522 millésime 2000 et le fameux et succulent Clos des Goisses millésime 1998. Une découverte une fois de plus, un vrai bonheur…

Jacquesson, maison intemporelle et visionnaire fondée en 1798, sait que cultiver de grands terroirs est un immense privilège qui l’oblige à en tirer la quintessence. Leurs méthodes culturales traditionnalistes respectent les sols et mettent en valeur la diversité parcellaire. Aux 31 hectares exploités dans 3 Grands Crus et 3 Premiers Crus, s’ajoutent 11 hectares appartenant à leurs voisins de parcelles et dont les raisins sont intégralement livrés sur leurs pressoirs. La vinification en foudres, sur lies et sans filtration, interprète au plus près les nuances propres à chaque terroir. Nous avons put apprécier la Cuvée 735 non millésimé et la Millésimé millésime 2002. C’est toujours une joie que de tremper ses lèvres dans d’aussi précieux nectars.

Ruinart, cette maison a pour âme le cépage Chardonnay. Son raisin, issu principalement de la Côte des Blancs et de la Montagne de Reims, est au cœur de toutes ses cuvées. D’une grande fraîcheur aromatique, vif, pur, lumineux, il est le fil conducteur de tous ses assemblages. Délicat et fragile, il s’épanouit au fil d’une lente maturation dans la fraicheur des crayères : jusqu’à 3 ans pour les vins non millésimés, 9 à 10 années pour un Dom Ruinart. Tout le miracle de ce qu’on appelle le goût Ruinart est là : dans sa luminosité, son intensité et son élégance. Ce sont ces qualités qui donnent au goût Ruinart sa personnalité à part et rare. Cinq champagnes présents, 4 seulement dégustés l’un ayant été dévalisé avant notre arrivé. R de Ruinart non millésimé, Millésimé millésime 2005 (celui en rupture), Rosé non millésimé, Dom Ruinart Millésimé millésime 2002 et Ruinart Dom Ruinart Rosé millésime 1998. Un plaisir intense en bouche quand la finesse des bulles laisse place à ce goût Ruinart. Les deux derniers vins sont de pures merveilles !

Bollinger, Maison fondée en 1829 possède un savoir faire unique en Champagne : la Maison a choisi de rester fidèle à la tradition en vinifiant une partie de ses vins en fûts de chêne et en conservant ses vins de réserve en magnums. Les vins bénéficient ensuite d’un long vieillissement dans les caves de la Maison afin de leur laisser le temps de développer des arômes tertiaires très recherchés par les amateurs de grands vins. Le Spécial Cuvée non millésimé, La Grande Année millésime 2002 et le Rosé non millésimé nous ont transportés dans l’exceptionnel.

Dom Pérignon, est-il encore nécessaire de présenter cette Maison ? L’abbaye d’Hautvillers est aujourd’hui encore la mémoire du vin, garante des millésimes passés comme de ceux à venir, gardienne intemporelle de l’Esprit Dom Pérignon : un lieu unique d’inspiration. Au-delà de la sélection des seuls cépages Pinot noir et Chardonnay, du choix exclusif des parcelles les plus riches et les mieux exposées ; Dom Pérignon ajoute la contrainte absolue des meilleures années et d’un long vieillissement sur lies. Si le Vintage millésime 2002 était déjà une merveille, le Rosé Vintage millésime 2000 n’est pas qualifiable par des mots. Son prix ? 340 euros…. A consommer avec modération !

Veuve Clicquot, fondée en 1772, est ancrée depuis plus de deux siècles au cœur des plus grands crus de la Champagne, avec un vignoble de plus de 280 hectares. Elle a su rester fidèle à la devise de sa fondatrice, Nicole Clicquot Ponsardin : « une seule qualité, la toute première ». En hommage à cette Grande Dame de la Champagne, qui reprit la Maison à la mort de son mari pour en assurer le développement et améliora également les techniques d’élaboration du champagne, le premier millésime de la cuvée La Grande Dame, naquit en 1972. Véritable chef d’œuvre, La Grande Dame est un très beau champagne racé. Nous avons commencé notre initiation avec le Rosé non millésimé. Nous avons poursuivi avec le Vintage Rosé millésime 2004. Nous sommes enfin passés au Vintage millésime 2002 dont la finesse des bulles nous a séduite. Les plus chanceux, ou ceux qui pouvaient encore absorber quelque chose on fini sur La Grande Dame millésime 1996, que deux de nos membres ont pu apprécier.

Moët et Chandon, fondée en 1743, la Maison produit un des champagnes les plus appréciés depuis sa création. Grand Vintage est un hommage au talent, au savoir-faire et à la vision avant-gardiste de son fondateur Jean-Rémy Moët qui, depuis plus de 200 ans, a fait du champagne un symbole universel de luxe et de splendeur. Trois champagnes furent mis à notre disposition, un Grand Vintage millésime 2002, un Grand Vintage Rosé millésime 2002, et un Grand Vintage 1995 dont le prix n’était pas communiqué. Je vous laisse apprécier.

Ayala, cette Maison fondé en 1860, nous proposait trois champagnes à la dégustation, Ayala Zéro Dosage non millésimé, Ayala Brut Majeur non millésimé, et Ayala Blanc de Blancs millésime 2004.

La soirée s’est très bien terminée pour tout le monde, le sol était un peu mouvant, mais cette découverte fut des plus enrichissantes !!

Œnologiequement votre !!

L’équipe de Vins/20.

Nous entrons dans notre deuxième partie de programme et allons vous proposer dans la mesure du possible et de la disponibilité de nos intervenants, une découverte des vins des autres régions de France.

Il était pour nous évident de commencer par une découverte des vins de Bourgogne. Lundi 7 et Mardi 8 novembre, nous avons reçu Dominique BUFFET au titre de représentant du BIVB. Ce dernier nous proposait la dégustation de 9 vins, rien de moins. Nous avons été contraint de scinder en deux ce nombre pour proposer lundi soir 4 vins :  un Mâcon-Village, Domaine Jean-Pierre Michel, un Chitry, Maison Simonnet-Febvre, un Hautes-Côtes de Nuits et un Mercurey Premier Cru« Champs Martin » et Mardi soir 5 vins : un Saint-Veran « Champ rond  » , Domaine Thibert, un Chablis, Domaine Brocard, un Mâcon-Fuissé, Maison Simonnet-Febvre, un Fixin Premier Cru et un Bourgogne.

Nous avons pu ainsi découvrir les différences entre les terroirs (ou « climats » en Bourguignon), aussi bien avec les blancs qu’avec les rouges. Nous remercions Dominique BUFFET d’avoir avec su avec efficacité  et humour nous les transmettre et les comprendre !

 

Le 20 octobre dernier, Vins/20 faisant sa rentrée, nous vous avons accueilli au Bordeaux Magnum, pour une soirée qui, nous l’espérons, vous aura plu. La première partie de soirée c’est organisé autour de la découverte de cinq propriétés. Trois de St Emilion : Le clos des Jacobins Grand Cru Classé St Emilion Grand Cru et le Château de la Commanderie St Emilion Grand Cru, deux millésimes du Château Coutet, St Emilion Grand Cru et Grand Corbin d’Espagne St Emilion Grand Cru. Une propriété de Loupiac : Château Frémont et un Crément de Bordeaux : Rémy Braque.

la seconde partie de cette soirée c’est axé autour d’un  cocktail, avec le service des vins de la cuvée d’octobre et d’un Loupiac : Fleur de Cros.


Le jeudi 13 octobre, Bordeaux Magnum célèbre le champagne Billecart-Salmon. Pour vous, Vins/20 a négocié un tarif préférentiel pour découvrir une Maison Champenoise de renom.Billecart-Salmon est un champagne  particulièrement reconnu, et présent dans les plus grands restaurants étoilés. Composé des trois cépages champenois, il allie à la perfection l’élégance, l’harmonie et l’équilibre des saveurs.

Vins/20 propose donc de découvrir ce champagne de prestige lors d’une dégustation de cinq champagnes, accompagné de cinq mises en bouche préparées par le restaurant La Belle Epoque.

Comme à son habitude, et dans le but de rendre le vin accessible au plus grand nombre, Vins/20 s’est employé à proposer une gamme de 4 vins, un rouge, le Domaine des Cordonniers, un clairet : le Château Penin, un rosé : le Château Penin, et un blanc : le Château de Castelneau Entre-Deux-Mers. Première cuvée, une première approche avec des vins de qualité, mais bon marché, une bonne occasion de mettre en pratique chez soit, les conseils de dégustation qui furent donnés.

Père d’une ancienne présidente de notre association, le Vicomte Loïc de Roquefeuil nous a fait l’honneur de sa présence le 11 octobre 2011, pour nous faire découvrir les vins de son Château. Après une présentation de l’appellation, Entre Deux Mers, et de la propriété, nous avons eu le plaisir de déguster 5 Vins. Deux blancs : Entre-Deux-Mers et Entre-Deux-Mers réserve du Château, un clairet et deux rouges : Bordeaux Supérieur et Bordeaux supérieur réserve du Château.

Cette dégustation était ouverte à 100 membres.

Comme à son habitude, le CIVB nous a fait l’honneur de sa présence pour ce premier contact avec le vin et l’art de sa dégustation. Notre intervenante Bénédicte Trocard, que nous remercions chaleureusement, nous a donné les clefs du terroir bordelais, les bases du travail de la vigne et de précieux conseils pour déguster un vin. L’intervention s’est effectuée en plusieurs temps, une explication du terroir bordelais, de la région et de ses spécificités, l’explication de la vinification, et une dégustation guidée de trois vins : Le Château de Lussac (St Emilion), un médoc et le Château du Tich (Ste Croix du Mont).

2 fois 100 personnes y ont participé !

L’association d’œnologie de Sciences Po Bordeaux fait son grand retour sur internet. Le début de l’année étant passé, Vins/20 en profite pour continuer ce blog dont le but est de promouvoir l’association et de vous faire part de toutes les réalisations, dégustations, visites, ou événements qu’elle a organisés. Comme chaque année, nous allons vous faire découvrir le fabuleux monde du vin, de Bordeaux au Nouveau Monde en passant par les régions de France. Julien Magnez a laissé sa place de Président à Bernardo Diaz qui, se plaçant dans les pas de Julien, reprend avec brio les rennes de Vins/20. Nous sommes très heureux de vous retrouver ou de vous accueillir au sein de notre association pour partager avec vous, notre passion du vin !!

Nous vous laissons découvrir notre programme :

Œnologiequement votre, l’équipe de Vins/20.

Ainsi s’achève, d’une manière plus personnelle, une belle année, où j’ai eu à cœur de développer cette association et d’en faire ce qu’elle est désormais, avec l’aide de l’ensemble du bureau, et du soutien bienveillant de l’administration, sans qui tout cela aurait été envisageable. Avoir des idées est intéressant, les mettre en pratique demande néanmoins à être parfois épaulé et soutenu, je tiens à remercier l’ensemble de ces personnes. Je tiens à remercier également l’ensemble des producteurs qui un jour ou un autre, nous ont accompagné, d’une manière ou d’une autre, dans nos activités, et nous ont présenté le fruit de leur travail, et transmis leur philosophie, que cela soit le monde du luxe et de la volupté de LVMH, la philosophie terrienne et vigneronne de la maison Jacquesson, pour prendre deux maisons aux discours et philosophies très différents, du petit vigneron vendant sa bouteille une poignée d’euros, au Grand Cru la vendant plusieurs centaines d’euros, à la responsable communication très dynamique « public relation », au charismatique marquis de Lambert des Granges, et au biodynamiste convaincu de Pontet-Canet, en passant par Olivier B., du Rhône, dont la générosité n’a d’égale que la qualité de ses vins, faits très artisanalement, pour ne citer qu’eux parmi tous les autres.

Lors de mon arrivée à Bordeaux, certaines personnes, petits producteurs, négociants, amateurs de vins, acteurs des Grands Crus bordelais ont donné de leur temps pour me transmettre ce qu’était le vin de Bordeaux pour eux. Plusieurs lectures, dont l’ensemble des livres du géographe Jean-Robert Pitte, fabuleuses lectures mêlant histoire, sociologie, philosophie, gastronomie, ce que représente le vin ici dans le Vieux Monde, m’ont montré ce qu’était le vin :  cette boisson culturelle incroyable, avec qui on peut tant parler de Madame de Pompadour, dont les formes inspirèrent dit-on, la coupe à champagne, et des fêtes données sous l’Ancien Régime, où le champagne coulait déjà à flot, de la prospérité des Chartrons protestants, et du Port de la Lune lorsque les bateaux partaient des quais situés en face du Cours Xavier Arnozan, des différences entre l’aristocratie du bouchon bordelaise, et les vignerons bourguignons ou piémontais, aussi fiers les uns que les autres dans leur style. De ces rencontres avec des paysans-vignerons, à la poignée de main qui ne trompe pas sur les heures passées au dur labeur de la terre, et dont le père, octogénaire, vous raconte l’histoire de ce hameau, des évolutions des 60 dernières années, dans le vin, les gens, le goût, les façons de faire. La plupart des régions viticoles, du moins pour celles que j’ai visitées, combinent toujours ces paysages incroyables, des vins et une gastronomie locaux, typiques si possible,  d’une manière ou d’une autre, et où l’accueil et les rencontres, avec un peu de chance, sont fabuleuses.

Les visées de l’association sont simples, faire se rencontrer les acteurs du vin et les étudiants de Sciences Po Bordeaux, afin que cette transmission ait lieu. Faire se rencontrer également les étudiants entre eux, autour d’une boisson noble, dans un concept qui se veut être une sorte de mouvement Slow-Drink, à l’antithèse de la biture express, tout en tentant néanmoins de ne pas rester pas simplement dans la posture, le superficiel, le figé, le convenu.

A Sciences Po Bordeaux, une bonne partie de la formation se fait en dehors des cours d’amphi ou conférences de méthodes, ce sont tous ces étudiants venant d’autres régions, ayant des projets tous plus différents les uns que les autres, qui se rencontrent et forgent des liens pour des éventuels futurs projets… Le vin est un de ces liants, qui fait se rencontrer les gens, fait discuter de tout et de rien, fait rêver. Comme le dit joliment ce grand ami piémontais, Luca Faccenda, « Je crois qu’avec quelques bons amis et une bonne bouteille, on peut s’imaginer changer le monde, même si à la fin, la seule certitude est la bouteille vide », et celle des liens entre ceux qui ont partagé cette bouteille.

Cette expérience associative a été grandiose, tant en termes d’apprentissage de la gestion en pratique, sous tous ces aspects, qu’en découvertes viniques, et rencontres humaines.

Longue vie à l’association d’oenologie telle qu’elle a existé depuis ces deux dernières années, que mes successeurs fassent encore mieux, et Santé!

Julien MAGNIEZ

Président association d’oenologie de Sciences Po Bordeaux 2010-2011

Le 27 mai 2011, une équipe de Sciences Po Bordeaux se rendait à Epernay pour la finale du concours de dégustation inter-grandes écoles organisée par la maison Pol Roger. L’épreuve consistait à reconnaître le plus d’indices (cépages, pays, région, millésime, appellation, commentaires) sur les vins tranquilles présentés en deux séries de six, six vins blancs puis six vins rouges.

A l’issue d’une finale très disputée, l’équipe de Sciences Po Bordeaux finit à la troisième place, derrière l’ENS Ulm et Skema Lille.

Au niveau du classement individuel, Julien MAGNIEZ, termine à la seconde place, à quelques points du vainqueur, issu de l’ENS Ulm.

Le déjeuner dans les salons suivant la finale a réuni l’ensemble des équipes autour des cadres de cette belle maison champenoise, avec la dégustation, parmi les champagnes servis, d’un Winston Churchill 1996.

Cette finale clôt l’année associative, où certains membres de l’association d’oenologie se sont investis dans la préparation de ces concours, qui mis à part le côté compétitif inter-grandes écoles, leur ont permis de se perfectionner dans les vins de France, et découvrir les diversités des vins, des paysages et terroirs qui les produisent, différences sociologiques et philosophiques des producteurs, toujours bien existantes entre Champagne, Bordeaux, Bourgogne, Loire, Alsace, Rhône, Languedoc-Roussillon, Savoie… Chaque région pouvant ensuite se diviser en bon nombre de sous-régions avec leurs usages différents. Fabuleuse boisson qu’est le vin, où la culture, l’histoire, la sociologie, le rêve et la convivialité se mêlent…

Le 5 mai 2011, Sciences Po Bordeaux participait pour la première fois au concours de dégustation inter-grandes écoles organisé par la Commanderie du Bontemps du Médoc, des Graves, de Sauternes et de Barsac. 13 équipes étaient présentes, dont ENS Ulm, ENS-LSH, ESCP, HEC, X, Mines, ESSEC, Dauphine, Skema Lille, Centrale… L’épreuve avait lieu dans les locaux de l’université Paris Dauphine.

Les épreuves portaient sur les grands vins de Bordeaux, un QCM de culture générale, ainsi que des séries de trois vins servis à l’aveugle, où diverses questions étaient posées : Classer les vins selon leur âge du plus jeune au plus âgé, déterminer l’appellation des trois vins, trouver un intrus parmi une série, déterminer le millésime des trois vins présentés.

L’équipe de Sciences Po Bordeaux, composée de Sarah CADIOT, Julien MAGNIEZ et Jean-Charles LAHERA, termine à la troisième place.

Rendez-vous dans deux ans pour la nouvelle édition du concours.

Soirée exceptionnelle pour clôturer cette année associative également exceptionnelle : Le lundi 11 avril 2011, les propriétaires et directeurs de six des plus grandes propriétés bordelaises (Domaine de Chevalier, Palmer, Léoville-Barton, Figeac, Gazin, Suduiraut), que nous remercions une nouvelle fois d’avoir accepté notre invitation, nous présentaient un millésime particulier de leur domaine. Le but de cette soirée était de présenter aux étudiants de Sciences Po Bordeaux l’expression de ce que sont les très grands vins de Bordeaux après quelques années d’âge, et cette spécificité de ces vins par rapport à l’immense majorité des autres vins, leur capacité au vieillissement, qui leur confère des qualités bien particulières.

Première partie : 20h30-22h

…Chaque propriété disposait d’une table dans le Café de l’Opéra et dans les travées couvertes du Grand Théâtre et nous présentait son premier vin :

Claire Casimir pour le château Palmer 1998 (Margaux, 3ème Cru Classé) et l’Alter Ego de Palmer 2004 (Deuxième vin produit par la propriété).

Hugo Bernard nous présentait le Domaine de Chevalier Blanc 2007 (Pessac-Léognan, Grand Cru Classé de Graves)
Michel Sartorius, quant à lui, nous faisait déguster Léoville-Barton 1999 (St-Julien, 2nd Cru Classé)

Nicolas de Bailliencourt présentait  Gazin 2003 (Pomerol)

Figeac était représenté par Eric d’Aramon et le millésime 2003 (St-Emilion, Premier Grand Cru Classé B)


Nous terminions enfin en beauté avec un des plus beaux liquoreux bordelais,  Suduiraut 2002 et 2006 (Sauternes, Premier Grand Cru Classé), présentés par Pierre Montégut et son épouse.

Deuxième partie : 22h-01h00

Concert Jazz du trio Pablo Campos, Patrick Quillart, Jean Duverdier.

Service du second vin des propriétés présentes : L’Hospitalet de Gazin (Pomerol), La Réserve de Léoville (St-Julien), Esprit de Chevalier blanc, La Grange Neuve de Figeac 2005(St-Emilion). Service de Suduiraut 2006 (Premier Grand Cru Classé Sauternes).

Vins splendides, Endroit magnifique, l'auditoire n'était pas dissonnant...

 

 




Évènement prévu de longue date, nous avions misé sur une victoire de l’équipe de Sciences Po Bordeaux à l’épreuve régionale du concours de dégustation à l’aveugle inter-grandes écoles, en réservant la Cour Mably pour une dégustation des champagnes Pol Roger, en présence d’Hubert de Billy et de Matthieu Blanc. Heureusement, tout s’est passé comme esperé, et nous avons remporté cette épreuve. En finale nationale, petite déception même si nous ne sommes pas passés loin, l’équipe composée de Julien MAGNIEZ, Enzo REULET, et Christian de Boisbrunet, terminant troisième derrière l’ENS Ulm et SKEMA Lille, Julien MAGNIEZ terminant quant à lui deuxième au classement individuel, derrière un étudiant de l’ENS.

Hubert de Billy, membre du directoire et descendant de Pol Roger

Hubert de Billy nous a raconté l’histoire de cette maison toujours familiale, depuis ses origines en 1849 jusqu’à aujourd’hui.

Nous avons été en mesure de goûter :

– Pol Roger Brut Réserve

– Pol Roger « Pure » Brut non dosé

-Pol Roger Millésimé 1999

-Pol Roger Millésimé 2000

– Pol Roger Blanc de Blanc 1999

Qualité, classicisme et sobriété seraient trois qualificatifs qui conviendraient particulièrement à cette maison de prestige.

Nous remercions une nouvelle fois la maison Pol Roger d’avoir accepté notre invitation dans le cadre de cette belle soirée. A Bordeaux, les champagnes Pol Roger sont disponibles dans de nombreux endroits : Badie, cave de la place du Chapelet, Art & Vin… Pour toute information supplémentaire, vous trouverez les contacts de la maison sur le site internet.

Le vendredi 18 mars, nous recevions Stanislas Roccofort de Vinière, ambassadeur de marque de Moët&Chandon pour une dégustation de la gamme de Champagne de cette très ancienne maison champenoise.  Elle fait partie du groupe LVMH avec les maisons Ruinart, Krug, Veuve Cliquot et Mercier, sans oublier Dom Pérignon, qui dispose de son autonomie, du moins au niveau marketing, les bouteilles étant présentes dans les caves de Moët. Sa production représente plus de 10% de l’ensemble des champagnes, ce qui fait d’elle la plus grande maison.

Jean-Hervé Chiquet, de la maison Jacquesson, venu en début d’année, nous exprimait ce que l’ensemble des acteurs champenois avouent : Moët est une formidable locomotive pour l’ensemble de la Champagne, pour faire progresser l’image des vins.

Stanislas nous a présenté les actions marketing mises en place au niveau mondial, avec toujours cet « esprit de conquête », la conquête de nouveaux marchés, de nouveaux consommateurs. A noter que Moët fait partie des groupes ayant été condamnés par la justice française pour publicité illégale, dans le cadre d’une action pour le Moët Impérial Rosé, où à côté des pétales de roses se trouvaient le slogan,  » La nuit en rose ». Jugement de la Cour d’appel de Paris : le slogan ‘ crée une association d’idées entre la consommation de ce champagne rosé et le fait de voir la vie en rose, ce qui dans le langage commun signifie avoir une approche euphorique de la vie ‘. Conséquences de la loi Evin, chaque maison doit prendre des pincettes pour ses campagnes publicitaires.

Pour la dégustation, nous avons découvert quatre vins :

Moët Impérial Brut, le brut non millésimé.

Moët Impérial Brut Rosé, rosé brut non millésimé.

Moët Grand Vintage 2002, très beau vin d’un grand millésime champenois.

Moët Nectar Impérial, qui venait montrer l’action de Moët sur des marchés particuliers, marchés américains, monde de la nuit, où le champagne est souvent consommé en piscine. Le Nectar Impérial par son dosage et son élaboration, tout comme l’Ice Impérial, visent à permettre un maintien d’une grande qualité, quelle que soit l’utilisation du champagne qui en est faîte…

En conclusion, la dégustation a permis de montrer le dynamisme tout de même impressionnant de cette maison, et une très belle qualité des vins, notamment le Millésimé 2002 qui pour une quarantaine d’euros, et un superbe rapport qualité/prix/plaisir. A noter également, les cuvées Collection de Möet&Chandon, qui sont des bouteilles millésimées gardées parfois jusqu’à 20 ou trente années en caves, avant d’être mises sur le marché. Le résultat, par exemple le Collection 1990, est grandiose.

 

 

C’est une vraie majesté qui nous a honorés de sa visite le mardi 15 mars : Annika Strebel, la « reine du vin » de Rheinhessen, la plus grande région viticole allemande. « La reine du vin ? », ne cessait-on de nous demander les jours précédant sa venue. La dégustation qu’Annika nous a faite en l’amphi Siegfried à Sciences Po se devait donc de commencer par une petite explication : l’élection de majestés œnologiques est une tradition en Allemagne, et elle existe au niveau local, régional et national. Pendant une année, des jeunes femmes ayant fait preuve, devant un jury, d’excellentes connaissances sur le vin, de bonnes capacités de communication et de présentation et accessoirement de la maîtrise de l’anglais, vont représenter leur vignoble d’origine.

Et c’est ce qu’Annika a réussi à merveille en nous faisons déguster huit vins blancs de sa région d’origine, située autour de la ville de Mainz (Mayence), enlacée par le Rhin. Le syndicat viticole régionale, Rheinhessenwein, et la prestigieuse association des 200 meilleurs propriétés viticoles allemandes, le VDP, nous ont proposé quelques-uns de leurs meilleurs rieslings, sylvaners et autres pinots gris (qui s’appelle d’ailleurs « bourguignon gris » en allemand…). Le tout était couronné par un fabuleux Beerenauslese (vendanges tardives), unanimement salué par les 70 étudiants dégustateurs.

La deuxième partie de la soirée fut du même gabarit, voire encore meilleure : une série de sept vins blancs différents était proposée à la cave bordelaise Aux 4 coins du vin, louée pour l’occasion. C’est sur les notes liquoreuses d’un magnifique Eiswein (vin de glace) que se terminait une soirée parfaite.

Ce lundi 7 mars 2011, nous recevions Guillaume Martineau, directeur technique des domaines François Lurton, pour une conférence/dégustation consacrée aux  « vins du Nouveau Monde ». François Lurton fait partie de cette dynastie des Lurton, des fils et filles d’André et de Lucien, que l’on retrouve fréquemment dans les propriétés (Château Bonnet, La Louvière, Couhins-Lurton, Rochemorin, Cruzeau, Bouscaut, Durfort-Vivens, Brane-Cantenac, Dauzac, Climens, Doisy-Dubroca…)

L’idée de la dégustation était pour Guillaume Martineau de faire connaître les vins du nouveau monde en montrant qu’il y a un effet terroir comme dans le vieux monde. Démonstration qui a été réussie. L’exposé indiquait que le terroir regroupait quatre éléments, un sol, un climat, le travail des hommes, et leurs habitudes culturales, choses qui se recoupent. Guillaume Martineau a été en mesure de nous montrer que cet effet terroir était tout à fait présent en Argentine ou au Chili, où est présente la société François Lurton.

Nous avons goûté :

–       Hacienda Araucano, Sauvignon blanc 2010, vin chilien

–       Les  Fumées Blanche 2010, sauvignon blanc, vin de France

–       Tierra de Luna Alta coleccion,  Torrontes 2010, vin argentin

–       Hacienda Araucano, Carménère 2009, vin chilien

–       Gran Araucano 2007, cabernet sauvignon chilien

–       Gran Lurton 2007, cabernet sauvignon argentin

–       Malbec reserva 2008, vin argentin

Une bien belle dégustation atypique dans notre programme, qui a permis d’aller à l’encontre de préjugés un peu trop rapidement exprimés.

Informations sur les vins :

Site internet des domaines François Lurton

Ce samedi 5 mars 2011 prochain, nous partions avec un groupe de 50 étudiants, vers St-Emilion, pour une visite au château Haut-Sarpe, Grand Cru classé de St-Emilion, et un quartier libre à St-Emilion.

Une expérience que n’oubliera pas de sitôt l’auditoire, avec la rencontre de ce personnage qu’est M. Janoueix.

Au départ de Bommes, où se trouve le château Sigalas-Rabaud, nous avons traversé cette belle région qu’est l’Entre-deux-Mers, en direction de St-Léon, pour rejoindre le château de Castelneau, charmante petite propriété viticole.

Là, nous y avons rencontré Loïc de Roquefeuil, propriétaire du domaine, et ancien étudiant de Sciences Po Bordeaux. Après des études de droit, M. de Roquefeuil a monté sa société de distribution de vins, et des bars à vins à Paris, « L’Entre-deux-Verres », qu’il a revendu ensuite pour reprendre la propriété familiale dans l’Entre-deux-Mers.  Il nous a raconté l’histoire et les diverses anecdotes liées à celle-ci.

Concernant le travail de la vigne, les vignes étaient en train d’être taillées, nous avons donc eu la possibilité d’avoir des explications sur la taille et ses conséquences sur la vigne.

Nous avons terminé notre visite par les chais, et par une dégustation de l’ensemble des vins du château de Castelneau, en appellation Bordeaux, Entre-deux-Mers et Bordeaux Supérieur. Une très belle visite, dans un cadre magnifique, et une très belle rencontre avec un ancien étudiant de Sciences Po Bordeaux ayant rejoint le milieu viticole.

Liens : Le site du château de Castelneau

Les vins du domaine sont en vente à la propriété.

Samedi 5 février, nous étions reçus au château Sigalas-Rabaud pour une visite en présence de Gérard Lambert des Granges, directeur général et co-propriétaire du domaine. Le temps magnifique nous a permis une présentation de la propriété en plein-air, et ce fut un festival de bons mots qui a ravi l’ensemble des 50 étudiants présents pour l’occasion.  Histoire de la propriété, mode de culture, tous les aspects de ce « joyau », 14hectares d’un seul tenant, le plus petit des 1ers Crus Classés 1855.

A la suite de cela, nous sommes passés à la visite des chais et à la dégustation, sur fût dans un premier temps, avec la dégustation du millésime 2010, encore en élevage, puis celle du Sigalas-Rabaud 2008, récemment mis en bouteille, qui fut un grand moment pour les étudiants.

Une très belle rencontre, de très beaux vins, une visite qui restera longtemps dans les esprits.

Liens : site du château Sigalas-Rabaud.

Les vins du château sont disponibles à la propriété, en ville à Bordeaux chez les grands cavistes, sur Internet également.

Le lundi 24 janvier, et le mardi 25 janvier, nous recevions Dominique Buffet, sommelier et intervenant du BIVB, l’interprofession bourguignonne, pour deux dégustations de découverte et d’approfondissement sur les terroirs de Bourgogne. Chablis de différents âges (1997 et 2007), Aloxe-Corton, Gevrey-Chambertin, Mercurey, Macôn-Village, Rully, étaient au programme.

Une bien belle dégustation pédagogique, qui a permis aux 120 étudiants de Sciences Po Bordeaux  présents sur les deux jours, d’approfondir leurs connaissances sur les vins de Bourgogne.

Le site de l’interprofession bourguignonne regorge de rubriques intéréssantes : Par exemple, ici, des vidéos sur la dégustation des bourgognes.

Le Mercredi 19 janvier, deux groupes de trente personnes de l’association ont pu découvrir la Vénétie viticole, plus grande région productrice d’Italie, en présence des deux patrons du Wine Bar, Giancarlo et Emmanuel.

Trois vins ont été dégustés, provenant tous de cépages « autochtones », cultivés depuis fort longtemps dans cette région.

1) Le Prosecco de chez Saccheto (Pour en savoir un peu plus sur le Prosecco)

2) Le Lugana Sant-Onorata 2007 de chez Visconti

3) Le Valpolicella Superiore 2006 de chez Gregoletto

Avec les vins, nous ont été servis des antipasti de très grande qualité, mozarella de bufflone, finocchiotta, bresaola, parmesan.

L’accueil des patrons a été chaleureux, un endroit que nous vous recommandons tant pour son accueil que pour la qualité de ses produits!

Le Wine Bar
Bar à vins et champagnes

Quartier Saint Pierre
19, rue des Bahutiers
33000 Bordeaux

Tél : 05 56 48 56 99

Le lundi 13 décembre 2010, nous organisions notre traditionnelle soirée d’Oenoël, à l’Empire des Sens, quartier St Pierre. 200 étudiants de Sciences Po Bordeaux étaient présents pour cette occasion.

Trois propriétés étaient présentes pour présenter leurs vins lors de la première partie de soirée :

Cécile Dupuis, directrice des vignobles, représentait le château Bonalgue, Pomerol. Les millésimes 1999 et 2007 étaient disponibles à la dégustation.

Jean-Jacques Dubourdieu, quant à lui, représentait le Château Doisy-Daëne, et faisait déguster doisy-daëne 2007 (Barsac), et doisy-daëne sec 2008 (Bordeaux).

Pour finir, Didier Fréchinet,  chargé de la communication et de la commercialisation, présentait la-tour-blanche 1998 (Sauternes, 1er Grand Cru Classé 1855) et les jardins-de-thionoy 2008 (Bordeaux blanc sec).


La soirée a été suivie d’un cocktail, où ont été servis les châteaux reynon 2007 (1ère côtes de Bordeaux rouge) et reynon 2008 (Bordeaux Blanc), le château-cantegril 2007 (Barsac) et les charmilles-de-la-tour-blanche 2007 (Sauternes). L’atelier cuisine du BDA avait concocté différentes verrines, canapés, sucrés et salés, un trio jazz nous a offert une belle performance, dans tous les cas, une belle soirée qui a permis aux étudiants de découvrir trois belles propriétés.

Le grand Pablo Campos dans ses oeuvres...

 

 

 

 

Au bout de quelques mois d’activités associatives, nous avons réalisé un petit examen concernant l’art de la dégustation, certain(e)s ont été admis avec brio, d’autres recalés plutôt lamentablement :

 

L'art de la dégustation : Les très bons élèves (membres assidues de l'association)

L'art de la dégustation : le cancre (non-membre de l'association, qui ferait mieux de s'inscrire l'an prochain!)

 

Ce mardi 23 novembre, nous avons reçu Jérome Flous, directeur technique de la maison bourguignonne Faiveley.

Il nous a présenté la Bourgogne viticole, cépages, terroirs, appellations, environnement économique et juridique.

La philosophie était la même que pour nos autres évènements, découvrir les vins qui font la richesse de ce pays, en évoquant également les différences et rivalités existantes entre Bordeaux et la Bourgogne.

Les vins dégustés étaient les suivants :

Vins rouges :

1 – Bourgogne rouge 2008

2 – Mercurey Framboisière 2008

3 – Volnay 1er cru Santenots 2008

4 – Gevrey-Chambertin 1er cru les Cazetiers 2008

Vins blancs :

5 – Givry blanc 2008

6 – Meursault village 2008

7 – Puligny-Montrachet village 2008

100 personnes étaient présentes pour cette dégustation qui a permis à beaucoup d’entre nous de découvrir cette autre grande région viticole française,  et de découvrir une maison connue pour la qualité de son travail. Nous la remercions encore du déplacement.

Après la dégustation, un cocktail a permis à 60 autres personnes de se familiariser avec les vins de Bourgogne (Chablis 2008, Mercurey Clos des Myglands, et  Mercurey 1er Cru  »Clos Rochette » 2005, Nuits-St-Georges 1er Cru 2006 « Aux Chaignots »)

Le mercredi 3 novembre, et le lundi 9 novembre, nous avons reçu Lucien Guillemet, propriétaire des Châteaux Boyd-Cantenac (Margaux, 3ème Grand Cru Classé) et Pouget (Margaux, 4ème Grand Cru Classé) pour une présentation du classement des Grands Crus du Médoc et du Sauternais, réalisé en 1855.

Après une introduction historique sur l’avènement de ce classement, et sur l’histoire des Grands Crus bordelais, nous en sommes venus à la dégustation des vins suivants :

1 – Château BELGRAVE 2006 – Haut-Médoc

2 – Château POUGET 2005 – Margaux

3 – Château BOYD CANTENAC 1990 et BOYD-CANTENAC 2005 – Margaux

4 – Château SAINT PIERRE 2005 – Saint Julien

5 – Château LYNCH-MOUSSAS 2005 – Pauillac

6 – Château COS LABORY 2005 – Saint-Estèphe

7 – Château BROUSTET 2005 – Sauternes

Chaque séance était ouverte à 50 personnes.

Ces ateliers ont permis de montrer aux étudiants la spécificité des Grands Crus médocains et Sauternais, et l’intérêt de l’acquisition et de la garde de ces grands vins. Nous dégusterons de nouveau des Grands Crus Classés lors de nos prochaines soirées.

Le mercredi 20 octobre, à partir de 20h20, l’association d’oenologie de Sciences Po Bordeaux, conviait ses adhérents à la première grande soirée dégustation de l’année, au 8, cours du XXX Juillet.

La soirée était divisée en deux parties.

A)Dégustation en présence des producteurs. 20h20-22h00.

Des propriétés de chaque région bordelaise étaient présentes pour vous faire goûter un millésime de leur grand vin. Petits Crus et Grands Crus étaient de la partie. Chaque propriété disposait d’une table d’où elle pouvait présenter son vin, et répondre aux questions des étudiants.

Etaient présents  :

Clos Haut-Peyraguey, 1er Grand Cru classé, Sauternes. Dégustation du millésime 1998.

Château Fonroque. Grand Cru Classé. St-Emilion. Dégustation du millésime 2003.

Château La Tour de Mons. Cru Bourgeois. Margaux. Dégustation du millésime 1999.

Château Mirebeau et Château D’Ardennes. Pessac-Léognan et Graves. Dégustation des Pessac-Leognan et Graves blancs 2009.

Château de Launay. Entre-Deux-Mers et Bordeaux Supérieur. (Millésime présenté à confirmer)

Le bureau de l'association 2010-2011 (incomplet)


B) Deuxième partie de soirée : Cocktail. 22h00-00h00.

D’autres vins des propriétés présentes étaient servis lors du cocktail qui a suivi. Seconds vins, ou vins d’autres propriétés furent ainsi dégustés.

La soirée fut une très grande réussite. 200 personnes étaient présentes. Les producteurs, autant que les étudiants, ont apprécié le déroulement de l’évènement. Rendez-vous mi-décembre pour la soirée d’Oenoël!

Ce jeudi 14 octobre 2010, nous avons eu l’honneur et le grand privilège de recevoir Jean-Hervé Chiquet, propriétaire de la célèbre maison de champagnes Jacquesson.
Monsieur Chiquet nous a présenté la région de Champagne, ses particularités de terroirs, de réglementations, et d’organisation, pour nous permettre ensuite de comprendre la place de la maison Jacquesson.

La dégustation s’est faîte au cours de la conférence avec 6 cuvées présentées.
1.Cuvée n° 734 et Cuvée n° 733 pour illustrer le principe des Cuvées numérotées.
2.Cuvée n° 730 pour illustrer leur capacité au vieillissement.
3.Millésime 2000 et Millésime 2002
4.Avize 1995 Dégorgement tardif, avec une petite boutade en direction des Bordelais : « pour montrer que le cabernet-sauvignon n’est pas le seul cépage à bien vieillir »

Les 75 étudiants présents pour l’occasion ont pu remarquer la très grande qualité des vins qui leur ont été présentés et bénéficier d’une présentation complète, de la vigne jusqu’au verre, de la philosophie exigeante des frères Chiquet. Pour rebondir sur la boutade en lien avec l’Avize 1995 Dégorgement Tardif, une bouteille du Domaine de Chevalier rouge 2000, a été offerte à M. Chiquet.

Dégustation en présence de Jean-Hervé Chiquet